Ma petite révolution, retour sur l’amorce d’un changement de parcours

Tout ce que l’on fait, mange, dit et même tout ce que l’on pense aurait un impact sur notre vie et notre bien-être. Ce n’est pas moi qui le dit c’est l’Ayurveda ! L’ayuvé quoi ?


La situation est grave. Mon état de santé du moment est déplorable. Epuisée, migraineuse, sujette aux moindres infections, je dors mal et me sent totalement dépassée par mon boulot. Il faut que j’en sache plus sur la manière dont cette médecine traditionnelle considère le corps, ainsi que les remèdes qu’elle propose aux problèmes du quotidien.


Me voilà inscrite à un atelier-découverte un samedi après-midi. Non sans une pointe d’appréhension…



Doshas et cetera


Première surprise. La salle est pleine. Une trentaine de personnes assises sur des coussins, plaid ou écharpe sur les épaules, sont venues comme moi chercher des réponses à leurs problèmes de santé. Pourtant l’ambiance est sereine. Pas de rassemblement de gens désespérés en quête de solutions miracles. Pas de gourou porteur de bonne parole. Je me sens moins seule d’un coup.


La présentation de l’intervenante est passionnante. J’apprends que l’Ayurvéda signifie « Science de la vie ». Originaire d’Asie, elle se base sur des observations faites pendant plusieurs milliers d’années. La classe ! Cette médecine traditionnelle est également reconnue par l’OMS. Toujours rassurant.


Mais je vous raconte le plus intéressant...




L’Ayurveda nous invite à mieux nous connaître et nous positionne par rapport à trois « doshas » (3 piliers ou constitutions) qui représentent le mouvement, l’énergie motrice et la stabilité. Chaque personne a un équilibre qui lui est propre.


Aussi, les douleurs et maladies sont vues comme des déséquilibres. Et connaitre sa constitution, c’est connaitre ses besoins afin de les respecter pour favoriser son état d’équilibre.


Considérer la personne avant la maladie. Prévenir plutôt que guérir… Ça change le paradigme. Déclic.

A partir de ce moment-là, je n’ai qu’une obsession. Je veux connaitre mon dosha et retrouver l’équilibre. Je me documente, je regarde des vidéos et finis par prendre rendez-vous pour un bilan ayurvédique avec Kissline Mai, l’intervenante passionnante.



L’heure du bilan a sonné


Tout est passé au crible. D’abord la prise du pouls et la température de ma peau. Puis l’observation de l’état de ma langue et l’aspect de mes yeux. Viennent ensuite les questions sur mon alimentation, mon sommeil, mes habitudes de vie et mes soucis de santé…. Bilan : Vata/Pita je suis. Kissline m’explique les forces et faiblesses de ma constitution et fait le lien avec les déséquilibres que j’ai pu vivre jusqu’à présent. Je prends conscience que le corps s’exprime.


Connaitre sa nature est la première étape vers le changement. Pour autant je comprends vite qu’il va être nécessaire de passer à l’action. Aliments à privilégier, rythme de vie conseillé, exercices de respiration et recours aux plantes adaptogènes, voilà mon programme. Plutôt engageant.


Kissline me préconise différents changements dans mon alimentation. En parallèle elle me conseille de limiter les trop nombreuses stimulations. Je décide donc de réorganiser mon activité professionnelle de Chargée de missions. Et je respire !


Quelques semaines plus tard, je commence à remarquer les changements. Une énergie nouvelle, plus de maux de tête, une peau moins sèche et surtout, un mental plus apaisé.


Cette autre approche de ma santé attise ma curiosité autour des médecines traditionnelles. Mes lectures et mes expérimentations me donnent toujours envie d’en savoir plus. Je découvre alors la Naturopathie.


Je me sens en phase avec ses valeurs, ses principes et la façon dont je conçois la vie. Second déclic.

Jusqu’au jour où une opportunité professionnelle se présente à moi. Enfin j’ai du temps ! Je saisis cette chance et décide de devenir Naturopathe.

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout